Actualités par Costa Rica Immobilier / 2006 - 2018 / "LA CRISE" ... faut gérer !!!

Le but avoué de cette page est de vous présenter ce qui va bien ici, au Costa Rica et ce qui va moins bien chez vous, en France, en Belgique, en Suisse, au Québec …Dans le but premier de contribuer à la « réinformation » qu’offrent parfois les médias alternatifs du Net. Car les medias dits « traditionnels » on cessé depuis belle lurette de vous informer.
A propos de crise, nous pensons que le déclin qui a commencé en réalité en 2007 n’est pas une crise justement mais plutôt une récession. Et une récession ça dure, ça dure … depuis 25 ans au japon par exemple. Et rien ne dit que cette recession aura une fin à moins peut-être de passer par une nécessaire et vitale mutation.
Là est sans doute la clé de la nouvelle ère ...

Mais dans le moment présent, il ne s’agit pas de se lamenter mais plutôt de réagir intelligemment face à ce phénomène. Nous déplorons fortement l’inertie des politiciens, de droite comme de gauche, qui, forts des bienfaits des 30 glorieuses (1945 - 1974) n’ont pas pris la mesure des 35-40 dernières années. Car ils n’ont su que créer de la dette au lieu de développement. Nous disons développement et pas « croissance » (au sens keynésien du terme) car la croissance à tout va, chère aux politiciens de tout poil, n’est qu’un mythe destructeur puisqu’on vit sur une planète finie et qu’on n’en a pas de rechange. A moins bien entendu qu'on choisisse la croissance durable.
Alors plutôt que de croire en leurs vaines promesses, demain on rase gratis, nous préférons anticiper et prendre en main notre vie et notre avenir. Celui de nos enfants aussi. De l’information orientée peut-être mais de la vraie information.

  • 1945 - 1974 : les 30 glorieuses : période de forte croissance économique.
  • 1975 - 2004 : les 30 menteuses : croissance artificiellement entretenue grâce à la dette.
  • 2005 - 2034 : les 30 piteuses ? On en reparle dans quelques années …

D’ici là, on réagit et on anticipe … Coluche disait : "Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça". Oui, pour moi aussi, depuis toujours, "c'est comme ça" ! J'ai juste envie de me donner la chance qu'il en soit autrement ...

PS : introduction à Actualités écrite en 2011


L'Actualité du jour

Plus envie de critiquer
12 ans de Costa
ça change la vie
Merci !!!

N° 37 - L'Europe redevient pauvre (Unilever).
Publié le : 27/08/2012 - Source : Le Figaro

Le responsable pour l'Europe du géant anglo-néerlandais de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever indique dans un entretien paru lundi voir "la pauvreté revenir" sur le continent et veut adapter en conséquence sa stratégie. "La pauvreté revient en Europe", déclare Jan Zijderveld au quotidien allemand Financial Times Deutschland, ajoutant: "Si un Espagnol ne dépense plus en moyenne que 17 euros quand il fait les courses, je ne vais pas lui proposer un paquet de lessive qui coûte la moitié de son budget".

Jan Zijderveld dit vouloir s'inspirer désormais en Europe des méthodes utilisées par Unilever dans les pays asiatiques en développement, en vendant des produits meilleur marché car en plus petit conditionnement. "En Indonésie nous vendons des échantillons individuels de shampoing pour 2 à 3 centimes pièce et pourtant nous gagnons de l'argent", dit le responsable en Europe d'un groupe chapeautant des marques telles que Dove (savon), Magnum (crème glacée), Knorr (épicerie) ou Cajoline (adoucissant).

Le Financial Times Deutschland rapporte qu'Unilever a par exemple commencé à vendre en Espagne de petits paquets de lessive ne permettant de faire que cinq machines. "Les marchés en Europe sont un peu les Jeux Olympiques de la distribution : le plus difficile ! Qui se sort d'ici, celui-là y arrivera partout", a déclaré Jan Zijderveld.

Commentaire CRI :

Citation de Victor Hugo - Qui n’est pas capable d’être pauvre n’est pas capable d’être libreEn résumé, la grande distribution rattrape ses marges malmenées en vendant plus cher des produits dont le conditionnement (packaging) est subrepticement revu à la baisse. Mouvement déjà largement entamé, les consommateurs attentifs aux prix et dotés de bons yeux ou de bonnes lunettes ont déjà remarqué la diminution de moult contenants alimentaires (café, pâtes à tartiner, yaourts ...), 9 mouchoirs en papier au lieu de 10 précédemment. Et je ne m'étends pas sur l'arnaque au PQ par augmentation du diamètre intérieur du rouleau de carton couplé à sa diminution en longueur. Vicieux le procédé ! Bientôt, avant de s'enfermer dans les toilettes, mieux vaudra prévoir des munitions, plusieurs rouleaux, au moins ...
A ce compte-là, mieux vaudrait vendre le PQ à la feuille, encore plus rentable pour Unilever !

Le plus terrible est dans le titre, l’Europe redevient pauvre. Car on a tendance à l’oublier, la prospérité économique pour tous date seulement de l’après seconde guerre mondiale. Il y a encore peu finalement, sans même remonter à Émile Zola (1840 - 1902) la majorité des gens peinaient à seulement remplir leur assiette. Et il y a eu par le passé des époques pires, d’autres plus fastes également … L’économie est cyclique donc et ce qui est vrai aujourd’hui ne l’est pas demain.

Accrochées à la fulgurante progression des diverses technologies et portées par les « 30 Glorieuses », les 3 dernières générations « occidentales » repues de tout ou presque ne sont pas, à mon avis, dans leur grande majorité conscientes de l’impermanence des choses pour reprendre un terme cher à la pensée ZEN.
Fort heureusement Unilever est là pour nous le rappeler de façon brutale et sans concession. L’Europe est même opportunément ravalée au rang des « pays asiatiques en développement ». Merci donc à Unilever pour son cynisme commercial, puisse-t-il ouvrir les yeux et les esprits de certains. D'un autre côté, pour survivre économiquement, Unilever s'adapte aux circonstances présentes et s'il n'y a qu'une chose à faire, c'est bien celle-là ! Nul doute que dans les années à venir, le verbe survivre se conjuguera à toutes les sauces, là où auparavant il évoquait les années d'avant ou bien les lointains ailleurs.

Certes, Victor Hugo (1802 - 1885), contemporain d’Émile Zola et spécialiste de la misère ordinaire, disait « Qui n’est pas capable d’être pauvre n’est pas capable d’être libre». Vrai bien sûr, d’ailleurs quelque part dans le site je dis que « Plus de liberté signifie moins de sécurité et inversement ». Mais à tout prendre je préfère être « libre et pas pauvre » que « libre et pauvre ». C’est un choix à faire qui va se poser de plus en plus dans les années qui viennent … Bonne chance !



N° 36 - Costa-Rica : une ministre virée à cause d’une vidéo très sexy ! (Le mois d'août mérite bien une actu plus légère, non ?)
Publié le : 06/08/2012 - Source : Leral People

Karina Bolanos, ex ministre de la Culture et de la Jeunesse, et Vice-Premier ministre du Costa RicaAu Costa-Rica, une ministre a été contrainte de démissionner après la diffusion d’une vidéo sexy la mettant en scène. Son nom ne vous dira certainement rien, mais Karina Bolanos est, depuis 2006, la ministre de la Culture et de la Jeunesse, et Vice-Premier ministre du Costa Rica.

Ou du moins l’était, avant le scandale qui vient de lui faire perdre ses hautes responsabilités. En effet, une vidéo très compromettante mettant en scène la politicienne sur son lit, dans une tenue des plus légères, est sortie sur le Web.

Dans ce clip de quelques secondes, tourné en 2007, la quadragénaire est donc à moitié nue, et semble déclarer sa flamme à un homme, en prenant le soin de mettre son avantageuse poitrine en évidence.

Aujourd’hui, elle estime avoir été piratée par un technicien qu’elle avait engagé pour placer des caméras de surveillance chez elle, mais ne disposant d’aucune preuve, a du accepter de remettre sa démission au gouvernement, en s’excusant « auprès du peuple du Costa Rica et en particulier auprès des jeunes », ajoutant tout de même qu’elle ne se sentait « pas gênée », estimant n’avoir "commis aucun crime".

Commentaire CRI :

Gay pride - Nouvelle FranceCette affaire fait actuellement le BUZZ au Costa Rica. Les Ticos, tiraillés entre d’un côté la religion catholique et de l’autre le libertinage ambiant, se régalent !

Il est vrai que c’est tellement plus facile de faire, ici comme ailleurs, de la politique spectacle que d’aborder les vrais problèmes à résoudre et pour lesquels justement les hommes et femmes politiques ont été élus.
Un peu comme Normal 1er Hollande et le « mariage gay » si vous voulez. Pendant qu’on rigole à voir les « gays » défiler dans les rues avec des plumes dans le fondement, on se préoccupe un peu moins des choses qui fâchent. Panem et circenses, rien n’a changé finalement depuis la Rome Antique.

Personnellement j’ai visionné cette vidéo et j’ai zappé avant la fin. Cela me gêne terriblement d’entrer dans l’intimité de gens qui n’ont rien demandé à personne. Sortie de son contexte (100 % personnel et privé) ce genre de déclaration est forcément ridicule. Alors que foncièrement ça ne l’est pas du tout.

Je pense que si effectivement cette vidéo a été volée et publiée sur le Net sans l’assentiment de son auteur (j’ai du mal à écrire « auteure », ça sonne mal) le voleur mérite une sanction exemplaire.

Quand à vous en France, vous l’avez échappé belle. Imaginez Roselyne Bachelot dans le même rôle … Effrayant ! Image de droite : la Nouvelle France s'apprête à relever le défi du 21ème siècle.



N° 35 - CSG : l'État viserait une hausse de 2 à 4 points Le Canard Enchaîné affirme que l'ampleur de la hausse dépendra des prévisions de croissance. Le gouvernement n'avait récemment pas démenti ...
Publié le : 12/07/2012 - Source : Boursorama

François Hollande veut relever la CSGQui ne dit mot consent. Le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici et son collègue du Budget, Jérôme Cahuzac, n'ont récemment pas démenti un projet de hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG). Or, selon un conseiller de l'Élysée cité par le Canard Enchaîné ce mercredi, «une hausse de la CSG est inévitable, l'an prochain, mais ce n'est pas le moment de l'annoncer».

L'hebdomadaire satirique précise que Bercy planche depuis une semaine sur une hausse de cette taxe comprise entre 2 et 4 points. L'ampleur de cette hausse dépendrait des prévisions de croissance de l'État. Si l'estimation d'un taux de croissance de 1,4% en 2013 est maintenue, la hausse serait de 2 points mais si les perspectives se dégradent, l'augmentation pourrait être supérieure.

Un point de CSG en plus rapporte 11 milliards.

Une telle augmentation pourrait en tout cas assainir les finances de la Sécurité sociale puisque un point de CSG en plus sur tous les revenus (d'activité, indemnisation chômage, retraites, revenus du patrimoine et de placements) rapporte près de 11 milliards d'euros.

Outre le gouvernement, la CFDT serait favorable à une hausse de la CSG. De fait, le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, s'est récemment dit pour un basculement «d'une partie du financement de la protection sociale sur la CSG». «Le constat, c'est que malheureusement le financement de la protection sociale porte quasiment uniquement sur le travail alors que de nombreux autres revenus, autres que le travail, ne financent pas la protection sociale, revenus du capital et du patrimoine», a-t-il noté.

Mais d'autres acteurs pointent l'inégalité de cet impôt qui, contrairement à l'impôt sur le revenu, est un prélèvement proportionnel. L'économiste Jacques Attali avait jadis déclaré: «Avec la CSG, la gauche a trouvé le moyen d'inventer une fiscalité injuste».

Commentaire CRI :

Piqure de rappel de CSGJ’en parlais justement ici il y a quelques jours …

Piqure de rappel :

  • CSG créée en 1990 par Michel Rocard (Gôche nantie) au taux de 1.10%.
  • Édouard Balladur (Droite bien nourrie) en 1993 la rehausse à 2.40 %.
  • Alain Juppé (Droite sourire)  la porte à 3.40 % puis, très inspiré, créée sa petite sœur, la CRDS « provisoire »  au taux de 0.50 %. Soit CSG + CRDS = 3.90 %.
  • Lionel Jospin (Gôche sourire) dans un suprême effort la monte à 7.50 % + CRDS soit au total 8.00 %.
  • Normal 1er (Gôche pas de gauche) sera-t-il le 1er à passer la barre des 10.00 % ? 12.00 % ? Allez, on pousse fort, on y croit !

Jacques Attali disait naguère "Avec la CSG, la gauche a trouvé le moyen d’inventer une fiscalité injuste". Jacques a dit qui n’est pas mon ami ne dit pas pour autant que des conneries. Il dit parfois certaines vérités pour mieux faire passer par ailleurs ses aberrations économiques. Noyez vos gros mensonges dans un océan de vérités et ils passeront inaperçus …

La CSG est un impôt injuste par nature et qui trop le montera les foudres du peuple s’attirera ! Cette fois c'est moi qui le dit et on en reparlera avant la fin du mandat de Normal 1er.

De toute façon, prendre à la base une partie de ce que les gens ou le capital gagne est une aberration économique. Pensez au nombre de gens qui vous paient, à ceux qui vous dépaient (je viens d’inventer le verbe dépayer, 1er groupe), à ceux qui contrôlent, ceux qui contrôlent ceux qui contrôlent, ceux qui rectifient, redressent, remboursent, … Des dizaines de milliers d’emplois, des centaines de milliers sans doute parfaitement inutiles et improductifs qui seraient bien mieux déployés dans d’autres secteurs de l’activité économique et sociale.

J’entends souvent les gens, « de gôche » surtout, affirmer sans réfléchir que la TVA est un impôt injuste. Or rien n’est plus faux.
Non seulement c'est un impôt juste (pour autant qu'un impôt puisse être juste) et aussi un impôt très intelligent :

  • Tout d’abord car sa collecte et son contrôle sont relativement aisés. Donc moins coûteux.
  • Ensuite car il est prélevé sur les dépenses et non sur les recettes. Les recettes sont faciles à dissimuler, les dépenses beaucoup moins.
  • Et juste car l'argent a vocation ultime à être dépensé et dans ce système c'est la dépense qui est taxée, pas la recette.

En établissant par exemple un taux de TVA de 1 à 33 %, voire plus, pourquoi pas selon la nature et la nécessité des produits achetés, d’une part tout le monde paierait l’impôt et d’autre part les plus riches d’entre nous, consommant plus et moins basique paieraient forcément beaucoup plus. Une taxation majorée pour les produits de luxe a d'ailleurs déjà été appliquée entre 1968 et 1992.

Dans ce cas malheureusement, le caviar serait taxé à 33 % ce qui forcément, ne plairait pas à « la gôche » du même nom.
Sinon, plus rentable, il reste à taxer la connerie ambiante ... mais cela ne résout pas tout. En effet, que fera-t-on des excédents ? 



N° 34 - La banque centrale du Costa Rica a acheté 45 MUSD pour maintenir le taux de change du colon.
Publié le : 11/07/2012 - Source : La Nación

La Banque Centrale costaricienne a réagit à la trop forte appréciation du colon par rapport au dollar US en achetant des réserves de 44,5 MUSD, afin de maintenir le taux de change à 500 colons/1 USD.Le dernier achat, de 824.000 USD, remontait à décembre 2011.
L’acquisition de devise étrangère s’est effectuée dans le cadre du programme de Réserves Internationales de la Banque Centrale qui devrait acheter au total 1.5 milliards USD sur deux ans. Certains économistes expliquent la hausse de la devise par l’offre importante d’investissements étrangers.

Commentaire CRI :

Comme d’habitude les "économistes" (sorte de charlatans des temps modernes qui sévissent généralement au 20H00) ne comprennent rien à rien. Certes il y a des investissements étrangers au Costa Rica mais ce n’est (évidemment !) pas suffisant pour faire monter le CRC (Colon du Costa Rica) par rapport au dollar US. L’idée même est risible. Et d’ailleurs le CRC ne monte pas par rapport à l’USD.

- Et pourtant ça monte me direz-vous

En réalité c’est l’USD qui descend par rapport au CRC. La monnaie étant l’un des principaux reflets de la santé économiques d’un pays, peut-on pour autant affirmer que la santé de l’économie du Costa est au beau fixe ?
Là aussi il faut pouvoir raisonner différemment et comprendre que si la Costa Rica se maintient à peu près, les États-Unis eux sont clairement sur la pente descendante.
Ce qui explique que le CRC, que l’on a pu autrefois qualifier de « monnaie de singe » s’apprécie tant face à l’USD qu’il faut carrément le freiner.
Une peu comme le franc suisse (CHF) par rapport à l’euro (EUR) si vous voulez.

Monnaie de singe, 500 euros Sarkozy

- Monnaie de singe - France 2012 -

Et puis surtout les gens achètent des CRC parce que les billets sont BEAUX, c’est aussi simple que cela. Voir mon article à ce sujet à la page BLOG, tout en bas, 3 billets en partant de la fin.

Billet de 2.000 Colones, Costa Rica

- 2.000 colons du Costa Rica soit environ 4 $ -

Et cerise sur le gâteau, puisque1 seul misérable USD vous donne environ 500 CRC, vous devenez tout à coup très riche. C’est mieux que les promesses de Normal 1er. Rassurez-vous, comme les promesses de Normal 1er, cela ne dure pas !

En relisant mon actualité du jour, je m'aperçois que la France AUSSI met des requins sur ses gros billets.



N° 33 - Budget : 7 milliards d'impôts en plus pour 2012. (Début des réjouissance - NDLR).
Publié le : 04/07/2012 - Source : Boursorama

Après d'ultimes arbitrages, le gouvernement français a annoncé mercredi que son plan de "redressement dans la justice" des finances publiques passait dès cette année par 7,2 milliards d'euros de hausses d'impôts et 1,5 milliard de gel supplémentaire des dépenses.

"Il y a bien une ardoise cachée que nous devons honorer pour respecter l'objectif d'un retour des déficits publics à 4,5% du PIB" fin 2012, a fait valoir devant la presse le ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac.

"C'est d'une France affaiblie sur le plan économique dont nous héritons", a renchéri le titulaire des Finances Pierre Moscovici lors de la présentation d'un "collectif budgétaire" qui doit corriger le budget 2012 voté par l'ancienne majorité.

La potion est amère : ménages et entreprises paieront dès cette année 7,2 milliards d'euros, en plus, a souligné Jérôme Cahuzac, des 15 milliards déjà votés par la droite avant la présidentielle. Ce qui fait en tout 22 milliards de hausses d'impôts pour la seule année 2012.

Jean-Marc Ayraut met la main au portefeuille

Jean-Marc Ayrault met la main au
portefeuille ... des français.

Les mesures annoncées mercredi rapporteront en outre 6,1 milliards d'euros de recettes supplémentaires l'an prochain. Il s'agit de compenser "un certain nombre de recettes surestimées" par le gouvernement précédent.
Pour autant, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a refusé de recourir aux mots "rigueur" et encore davantage "austérité", à laquelle il est "foncièrement hostile" pour qualifier les mesures gouvernementales, appelant à ne "pas jouer tout le temps sur les mots", mercredi soir au 20H de TF1.

Le plus dur reste à venir.

L'ardoise dénoncée par le gouvernement et la révision des prévisions de croissance, abaissées à 0,3% pour 2012 et 1,2% pour 2013, ont néanmoins des conséquences immédiates.
La première sera un tour de vis supplémentaire sur les dépenses publiques dont la progression doit être limitée à 0,8% par an en volume sur l'ensemble du quinquennat alors que le programme du candidat François Hollande était bâti sur une hausse de 1,1%.
Quant à l'effort fiscal réclamé aux entreprises et aux particuliers, il sollicitera en premier lieu "les ménages les plus aisés et les grandes entreprises" dans un esprit "d'équité" et de "justice", a assuré Pierre Moscovici.

La droite a contesté cette présentation. "L'essentiel de vos ajustements porte sur les ménages et les familles modestes", a lancé aux ministres, à l'Assemblée, le député UMP Laurent Wauquiez, déplorant notamment la fin de l'exonération de cotisations sociales pour les heures supplémentaires.

Jean-Marc Ayrault a indiqué en soirée qu'il "assumait" cette suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires, car cette mesure décourage "l'emploi", la "priorité" du gouvernement.
Le patronat a aussi protesté contre des mesures qui pénalisent, selon lui, la compétitivité des entreprises.

Concentrées sur 2012 et 2013, les hausses d'impôts pèseront cette année à peu près à parts égales sur les ménages et les entreprises, selon le gouvernement.

Une des mesures les plus emblématiques est une surtaxe "exceptionnelle" exigée des redevables de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), rapportant à elle seule 2,3 milliards d'euros en 2012, avant un relèvement "pérenne" de ce prélèvement l'an prochain. Comme annoncé, la fiscalité sera alourdie sur les grosses successions et les donations.
Parmi les mesures qui referment définitivement l'ère Sarkozy, la "TVA sociale" sera abrogée avant d'avoir vu le jour. L'ancien ministre du Budget Eric Woerth a dénoncé un texte "idéologique, très anti-sarkozyste".

Plusieurs autres dispositifs visent les entreprises, dont le relèvement du forfait social sur l'épargne salariale ou encore une anticipation du versement de la contribution exceptionnelle pour les plus grandes d'entre elles. Des taxes spéciales frappent aussi les secteurs bancaire et pétrolier. Conséquence possible pour les automobilistes: une augmentation du prix des carburants d'un centime par litre à la pompe.

Comme prévu aussi, les dividendes distribués aux actionnaires seront dorénavant taxés à hauteur de 3%. La taxation des stock-options et des distributions d'actions gratuites est aussi renforcée.

Mais le plus dur reste à venir : l'effort pour ramener le déficit public à 3% en 2013 sera de 33 milliards, selon la Cour des comptes. Le gouvernement a déjà commencé à resserrer les boulons de la dépense, et complètera à l'automne sa réforme fiscale. L'addition pourrait encore s'alourdir, Bercy laissant planer la possibilité d'une augmentation de la CSG en 2013.

Commentaire CRI :

Un long moment d’absence pour cause de surcroît de repos travail. Mais l’essentiel n’est-il pas de revenir avec de bonnes nouvelles ?

La bonne nouvelle de ce mercredi 4 juillet 2012 c’est que tout se passe absolument comme nous l’avions prévu.

Le gouvernement français découvre soudainement une « ardoise cachée » de quelques milliards d’euros. A ce niveau là, ce n’est plus de l’ardoise, c’est la carrière toute entière. Comme quoi, en France, quand  on cherche on trouve encore de la matière première, suffit de creuser un peu. Et en creusant encore un peu on finira bien par trouver du pétrole. Car c'est bien connu, on a des idées en France pour trouver de nouveaux impôts et taxes. On a même créé une école spéciale pour cela, elle s'appelle LENA.

C’est d’autant plus étrange que l’opposition d’hier (le pouvoir d’aujourd’hui) siégeaient à la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale et ne pouvait donc absolument rien ignorer des ardoises, fussent-elles bien cachées.

Par ailleurs,  j’adore l’expression « surtaxe exceptionnelle ». Déjà « taxe » ce n’est pas beau comme mot, « surtaxe » encore moins et quand en plus ça devient « exceptionnel » alors là on donne carrément dans le grandiose. A quand la « sur-surtaxe exceptionnelle d’exception » ?

Et tout ça tout ça en attendant l’augmentation de la CSG pour 2013. La CSG c’est un peu comme Google, on fait +1 de temps en temps pour montrer combien on apprécie.

Question : la CSG peut-elle un jour dépasser 100 % ?
Réponse : sans aucun doute !

Plussoyez Mesdames et Messieurs, on est encore loin du but …

PS : le plus drôle c’est qu’on nous ressort l’avis Éric Woerth, lui qu’on croyait définitivement disparu au diable vauvert de l’hippodrome non pas de Longchamp mais de Compiègne. Il est vrai que l’avis d’un financier public aussi avisé qu'Éric nous a cruellement fait défaut pendant qu'il expiait au purgatoire. À ce propos, on expie de moins en moins longtemps nous semble-t-il ...

TAXES au Scrabble

TAXES est un bon mot à sortir au
Scrabble car compréhensible par
tous, récurrent et sans cesse remis
au goût du jour.
Il rapporte en outre beaucoup de
points avec peu de lettres et quand
on sait,comme François,
dissimuler son jeu et attendre le bon
moment on peut
même faire un "compte triple".

 



[ Pages précédentes : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 ]

Costa Rica Immobilier


Costa Rica Immobilier | Copyright © 2011-2019