Mon Costa Rica à moi ... Vivre au Costa Rica ... BLOG Costa Rica ...

Grenouille transat BLOGPersonnellement cela ne m’intéresse pas du tout de vous parler du Costa Rica.
Comme s'il n'y avait qu'un seul Costa Rica ...

Surtout, d'autres que moi font cela bien mieux.
Voyez par exemple Wikipedia, le bon vieux Routard, le Petit Futé et autres Lonely Planet.

Ce dont j’ai envie, c'est plutôt de vous parler de MON COSTA RICA à MOI.
Celui que moi-même et ma famille vivons au jour le jour, a lo largo de la manera (chemin faisant), con el tiempo (au fil du temps).
Pays parfois merveilleux, souvent quand on y pense, d'autres fois horripilant, un peu comme la vie en général. En un peu mieux ...
Je vais essayer de vous le présenter, sans prétention, façon BLOG.

Pas de stress, on écrira au fils du temps, quand nous aurons le temps ... Pura Vida ...

@ bientôt,


L'Actualité du jour

La Terre
on a cessé
d'en faire ...
... Achetez !!!

N° 53 - Péninsule de Nicoya, Costa Rica : un paradis pour rester en bonne santé et vivre longtemps. Traduit de l’anglais par CRI.
Publie le : 14/01/2013 - Source : The International Business Times

Maranon du Costa Rica - Noix de cajou - AnacardierA l’instar de certains lieux d’Okinawa, d’Arménie, de Sardaigne et une poignée d'autres lieux bénis, la pittoresque Péninsule de Nicoya, Costa Rica, Amérique Centrale offre à ses habitants l’une des meilleures longévités dans le monde.
Il n’est pas rare que les résidents des alentours de Nicoya atteignent l’âge de 90, 100 et même 110 ans.
Située au nord-ouest du Costa Rica, juste au sud de la frontière avec le Nicaragua, la Péninsule de Nicoya (environ 100 km de long pour 50 km de large) est une terre quasi vierge avec ses plages, ses hôtels de luxe, ses collines boisées, des ranchs et pâturages à vaches. ABC News relate que la plupart des 75.000 personnes qui vivent là travaillent comme paysans, ouvriers ou cow-boys, tout comme ils le font depuis des siècles le plus tranquillement du monde.
La péninsule, relativement isolée, est également la partie la plus sèche du pays.
Dan Buettner, un auteur qui a étudié ce qu'on appelle des « zones bleues » à travers le monde (là où on rencontre beaucoup de centenaires) a dit au National Geographic que le secret pour vivre longtemps semble être lié à un régime alimentaire à base de plantes. Ainsi que garder une activité régulière de faible intensité et rester proche de sa famille et ses amis.

« Une personne de 60 ans au Costa Rica a 4 fois plus de chance d’atteindre 90 ans que la même personne de 60 ans aux États-Unis » a-t-il confié au National Geographic.

Le gouvernement du Costa Rica dépense en proportion 15 fois moins que ce que les États-Unis dépensent pour la santé publique mais ils dépensent à bon escient. Les costariciens, en moyenne, ont le plus faible taux de mortalité dans le monde en ce qui concerne l’âge moyen et le second taux au monde en ce qui concerne les centenaires hommes et au-delà. Sur une population de 4.5 millions d'habitants en juin 2012, on dénombre 417 centenaires costariciens dont la plupart dans la Péninsule de Nicoya.

Chayote du Costa RicaSelon la publication annuelle officielle de la CIA (CIA World Factbook), l'espérance de vie moyenne au Costa Rica est d'environ 78 ans - comparable aux États-Unis et à l'Union européenne.
Buettner est d'abord allé au Costa Rica pour sauvegarder les recherches d’un démographe local, le Docteur Luis Rosero-Bixby, qui donnent à penser que les Costariciens ont une espérance de vie élevée ainsi qu’un taux de cancer très bas. Le Docteur Rosero-Bixby, de l’Université du Costa Rica, a écrit que les personnes âgées du Costa Rica développent peu de maladies cardio-vasculaires et ne sont pas touchées par l’obésité.

Alors, quel est donc leur secret ?

Les recherches ultérieures de Buettner ont montré que les eaux natives de la Péninsule de Nicoya sont exceptionnellement riches en calcium et en magnésium, qui renforcent les os et les muscles.
Les locaux ont également ont une foi profonde en Dieu, dorment 8 heures par nuit et maintiennent un régime alimentaire sain composé de riz, de maïs, de bananes plantains, de haricots et de fruits étranges riches en vitamine C comme le marañon (faux fruit de la noix de cajou), l'annona (similaire à la poire) et le chayote (cucurbitacée aussi appelée christophine, chouchou). Ils ont également pour habitude de ne pas trop manger et évitent la viande rouge.
Dans un contexte plus large, le Costa Rica représente une oasis idyllique de paix et de stabilité dans une région par ailleurs dévastée par la pauvreté et les guerres civiles. En effet, le Costa Rica bénéficie d'un système de protection sociale bien développé, ne possède aucune armée permanente (après l'avoir abolie en 1948) et un niveau de vie élevé.
Annona du Costa Rica« Depuis plus de 90 ans, les Ticos ont profité des avantages d’un gouvernement démocratique, ce qui en fait l'une des plus vieilles démocraties au monde », écrit Kat Sunlove, un retraité et blogueur américain vivant au Costa Rica. « Au cours des 2 derniers siècles, des dirigeants éclairés ont promulgué des réformes économiques et sociales qui ont permis - même si il y encore beaucoup à faire - de réaliser un programme de protection sociale, un système de soins de santé, un engagement écologique de conservation, un système éducatif et l’émergence d’une large classe moyenne de propriétaires terriens. »
« La stabilité politique du Costa Rica repose sur sa décision d'abolir son armée après les années de guerre civile autour de 1940 » a commenté Jamie Chandler, chercheur en sciences politiques au Hunter College de New York. « Il n'y a pas de menace de coups d'Etat militaires et pas de zones grises entre le rôle des généraux et des élus qui pourraient nuire à l'intérêt commun », a-t-il dit.
En outre, le Costa Rica a également connu des décennies de forte croissance économique. Ce qui a attiré un volume important d'investissements étrangers.

« Son PIB augmente environ de 2 % par année » a noté Chandler. «Les exportations ont triplé depuis les années 1980 et son industrie touristique est une véritable vache à lait."

C'est donc pour une bonne raison que le Costa Rica est souvent appelé la « Suisse de l'Amérique Centrale ».

Commentaire CRI :

Zone Bleue, Costa Rica : objectif 120 ans !Moi-même qui vis en pleine péninsule de Nicoya depuis 6 années, je peux témoigner du fait que cet endroit a quelque chose de particulier. Les gens qui vivent sainement, s’abstenant de « substances », de médicaments, buvant modérément … ont tendance à rajeunir. Réellement !
D’un autre côté, la mondialisation fait que les plus jeunes ont malheureusement tendance à suivre le mode de vie US, télévision, malbouffe, sédentarité … D’où une explosion de l’obésité, en particulier chez les jeunes costariciens. Notamment en ville, là où les tentations sont les plus fortes.
Mais dans les campagnes les gens s’activent - tranquillement il est vrai - au contact d’un environnement sain (pas d’usines, pas de rejets industriels et chimiques, peu de pollution) et paraissent en bonne santé. Personnellement j’attends chaque année la saison des marañon avec impatience. Le jus de ce fruit a sur moi l’effet d’un élixir miraculeux. Sans doute grâce à sa teneur exceptionnelle en vitamine C qui apporte un bienfait immédiat qu’aucun ersatz chimique - vitamines de synthèse par exemple - ne pourra jamais procurer.
L’eau également, que l’on tire directement de la nappe phréatique, a un goût merveilleux, un goût d’autrefois et amène une vraie sensation de satiété. Cette eau-là procure manifestement des trésors de bienfaits.
Reste ensuite, pour dépasser les 100 ans, à travailler son niveau de stress. Et quand on a vécu des dizaines d’années dans des zones plus stressantes et pratiqué des activités professionnelles en rapport, c’est un autre challenge. Mais, au fil du temps, je crois sincèrement qu’on y arrive. Allez, on est parti pour 120 ans, au moins !




Costa Rica Immobilier


Costa Rica Immobilier | Copyright © 2011-2021