Mon Costa Rica à moi ... Vivre au Costa Rica ... BLOG Costa Rica ...

Grenouille transat BLOGPersonnellement cela ne m’intéresse pas du tout de vous parler du Costa Rica.
Comme s'il n'y avait qu'un seul Costa Rica ...

Surtout, d'autres que moi font cela bien mieux.
Voyez par exemple Wikipedia, le bon vieux Routard, le Petit Futé et autres Lonely Planet.

Ce dont j’ai envie, c'est plutôt de vous parler de MON COSTA RICA à MOI.
Celui que moi-même et ma famille vivons au jour le jour, a lo largo de la manera (chemin faisant), con el tiempo (au fil du temps).
Pays parfois merveilleux, souvent quand on y pense, d'autres fois horripilant, un peu comme la vie en général. En un peu mieux ...
Je vais essayer de vous le présenter, sans prétention, façon BLOG.

Pas de stress, on écrira au fils du temps, quand nous aurons le temps ... Pura Vida ...

@ bientôt,


L'Actualité du jour

Vamos ...
... a la playa !
Back to ...
... Tamarindo !!!

N° 66 - Possession versus utilisation ... Le renouveau de la consommation.
Publie le : 12/06/2014 - Source : Claire Diaz

  • Balance faussée
    Le 16 février dernier, le tribunal d’instance du neuvième arrondissement de Paris a condamné un particulier car ce dernier avait sous-loué son appartement via le site Airbnb. Le verdict, plutôt clément, relève plus de la mise en garde que de la sanction puisque le particulier a été condamné à payer les frais de justice engagé par le plaignant.

En elle-même, la décision de justice n’est pas surprenante. Après tout, la sous-location d’un appartement est strictement interdite.
Certes, il est illégal de sous-louer son appartement même une courte durée … mais si ce faisant le locataire gagnait un petit peu plus d’argent et que cela lui permettait non seulement d’accroître son pouvoir d’achat mais également de pouvoir payer sans soucis son loyer ?

Pourquoi en France, faut-il toujours que l’on condamne puis que l’on crée de nouvelles lois, pour limiter les particuliers qui, étouffés par les impôts, les taxes, l’inflation, essayent de se débrouiller seuls ?

Cette histoire peut sembler anecdotique mais au fond elle est, selon moi, représentative de l’atmosphère de notre pays.

Toute initiative en vue d’amélioration de sa condition personnelle est instantanément étouffée.

On tue la débrouillardise, la créativité … Pourquoi ? Pour protéger des institutions ou des entités archaïques qui non seulement ne nous apportent plus rien, mais en plus nous maintiennent dans l’idée que nous n’avons aucune solution !

Si le gouvernement, Bruxelles, les dirigeants nous expliquent à demi-mot que désormais nous allons devoir nous passer de leur aide, soit. Mais dans ce cas, si, lorsqu’en tant que citoyens, nous tentons d’adopter une stratégie qui nous permettrait non pas de survivre mais de vivre, nous nous retrouvons confrontés soit à la menace d’une condamnation, soit à la menace d’une hausse d’impôts, rien ne va plus …

Résultat : une large majorité baisse les bras, par peur pour certains, par découragement pour d’autres. D’autres encore préfèrent attendre, exprimer leur colère dans les urnes …

  • Résister malgré tout pour changer notre façon de vivre

Holalnde en Kim Jong-un

La France fourmille d’idées. Vous, moi … Nous essayons tous de changer nos habitudes de consommation pour non seulement vivre mieux, mais surtout pour reprendre le pouvoir sur notre façon de vivre.

Selon une récente étude de l’IFOP et de la société A little (qui regroupe plusieurs sites de consommation collaborative), plus de 75% des Français ont déjà acheté ou vendu un objet d’occasion.
Véritable transformation de la manière dont nous consommons, l’économie collaborative est considérée par 74% des Français comme réellement avantageuse en matière de pouvoir d’achat et par 56% comme un facteur de création d’emplois !

Nous ne pensons en plus en termes de possession mais d’utilisation.

Les initiatives de consommation collaborative fleurissent partout et touchent tous les aspects de notre vie quotidienne. Nos transports (covoiturage, location de voiture entre particuliers), notre façon de nous nourrir (pensez à l’essor des Amap), ou plus simplement notre façon de vendre et d’acheter (LeBoncoin, eBay) : nous ne pensons en plus en termes de possession mais d’utilisation. Et c’est un changement de paradigme qui doit être respecté.

Prenons un exemple avec un simple téléphone. Pour un nombre croissant de personnes, le fait de posséder un smartphone hors de prix est de moins en moins important. Ce qui compte en revanche, c’est de pouvoir utiliser un téléphone en adéquation avec ses besoins !
Dans ce cas, pourquoi pas le louer plutôt que de l’acheter, ou l’acheter d’occasion ? J’ai récemment consacré un article à cette question : “Louer votre smartphone : bon plan ou fausse bonne idée ?”

L’utilité prend le pas sur la possession et nous offre la possibilité de reprendre le pouvoir sur notre façon d’acheter, de vendre, de consommer… de vivre ! Les autorités vont bien devoir se faire à l’idée : s’elles ne peuvent pas nous aider alors qu’elles nous laissent agir en paix !

Commentaire CRI :

Le Gros Timonier HollandeOui, de plus en plus c'est une question d'atmosphère, un pays dont l'air devient irrespirable, j'ai nommé la "France d'aujourd'hui". Triste pays s'il en est où la police de la pensée voit son emprise progresser d'année en année. Aidée en cela par le Gros Timonier Hollande et ses sbires dont l'incompétence n'a d'égale que le ridicule qui émane de leurs personnes.
Sans télévision et à l'abri au Costa Rica je suis bien entendu de moins en moins impacté par ces pantins tragiques mais ils surgissent néanmoins de partout au hasard des sites Internet que je parcours pour me tenir « informé ». 
Parenthèse, il est de plus en plus difficile d'être à peu près bien informé. Certes la déliquescence des médias aux ordres a permis à bon nombre de médias alternatifs et de sites de réinformation d'éclore. Mais là c'est presque trop, il devient malaisé de faire le bon choix. Tout lire et surtout séparer le bon grain de l'ivraie nécessiterait des journées de 10.000 heures, impossible !
Puisqu'on les laisse faire, ils sont donc partout ces clowns pathétiques qui en lieu et place de s'occuper du pays qui leur a permis d'être à leurs places de "dirigeants" s'échinent à coup de lois absurdes à vous les briser menu à longueur d'année. Sans doute le vulgum pecus s'en taponne-t-il allègrement le coquillard et continue à faire comme il faisait auparavant sans se soucier des conséquences possibles. Tout bien réfléchi, ce doit être la bonne attitude et les intellectuels, les réfléchissants que nous sommes devaient en prendre de la graine. Ici au Costa Rica par exemple, le peuple sait bien ce qu'il peut attendre des politiques - au mieux rien du tout - et agit donc en conséquence. C’est en quelque sorte le début de la sagesse.

Dans notre doux pays il existe par exemple une loi de 2005 qui limite à 2 par an la participation à des vide-greniers pour des particuliers. Ainsi, quand votre enfant vend ou échange ses quelques babioles personnelles d’occasion sur le domaine public 3 fois dans l’année, cela fait de lui un délinquant ! C’est pour le moins affligeant … Car à côté de cela, voler ou dealer de la merde fait de vous une « victime de la société » alors que revendre ou troquer sa 12ème poupée Barbie ou son vieux camion de pompiers vous dirige à coup sûr, d’après le légiste français qui manifestement voit loin, vers la criminalité organisée. On dit souvent que « plus c’est gros et plus ça passe », eh ben oui, confirmé !
Bientôt la loi Duflot qui est au « choc de la simplification » voulu par notre Gros Timonier ce qu’est un dispensaire d’Afrique subsaharienne à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière va bloquer le marché immobilier de l’ancien tant elle verse, avec une manifeste délectation, dans l’usine à gaz stalinienne. En résumé, et encore résumer tant de connerie mise bout à bout relève du domaine de l’impossible, ce qui se faisait autrefois en quelques minutes sur du papier libre, un simple compromis de vente, « la chose et le prix », va dorénavant nécessiter des mois de bureaucratie aussi complexe qu’inutile et, en sus, l’achat d’une brouette chez Mme Bricolage pour véhiculer toute la paperasse. Oui je dis Madame Bricolage car Monsieur du même nom c’est très sexiste donc pas bien du tout, pas politiquement correct car cela sous-tend à penser que les femmes ne savent pas bricoler, ce qui est infiniment vrai certes mais ce qui n'en constitue pas moins une discrimination patente passible de la loi machin-chose également promulguée par les zélés services de notre votre Gros Timonier.
On n’en sort plus …

La théorie de l'évolution, singe - homme - moutonMais rassure-toi, Gros Timonier, au rythme ou tu envoies le pays dans le mur, cette dangereuse et inadmissible économie parallèle en culotte courte que j’évoquais précédemment va se démultiplier à l’infini et affecter tous les secteurs de l’économie. Jusqu’à devenir majoritaire sous quelques années, j’en fais le pari.
D’un autre côté c’est excitant, pour moi qui suis curieux de nature, d’observer la longue marche, c'est le cas de le dire, le long glissement quenellier d’un pays développé vers le sous-développement qui l’attend. Bien sûr l’Histoire est une longue suite de vagues parfois favorables et parfois non, de périodes d’étale pour des années et même des siècles et puis tout à coup la marée monte ou baisse sans qu’on sache trop pourquoi. Et puis surgit du néant un économiste pompeux (pléonasme) qui vous explique le pourquoi du comment, il prédit en quelque sorte le passé et encore il se trompe de beaucoup.

Retour à la réalité, d’un côté donc des oligarques français dont le but premier est de maintenir leurs privilèges et de l’autre, le bon peuple à qui l’on resserre de plus en plus visiblement la bride sur le cou.

Tout bien pensé, le plus insupportable ce n’est pas le long déclin inévitable qui nous vous attend mais de supporter quotidiennement, par écrans interposés, ces empaffés donneurs de leçons dont certains sont assez stupides pour croire ce qu’ils avancent. A mon sens, c’est d’autant moins pardonnable. Car je préfère infiniment la crapule paternaliste de droite qui cherche manifestement, visiblement souvent à s’empiffrer quitte à parler la bouche pleine que l’hypocrite de gauche qui s’empiffre pareillement, voire plus en guise de rattrapage, mais qui de surcroît s’étouffe en vous faisant la morale. On me pousserait un peu dans le dos que je pourrais donner des noms.

Alors OUI, sans doute, il va falloir être créatif pour échapper à l’hydre bureaucratique, à la dictature sournoise et se mettre à échanger ***, à réparer, à se coller-transporter, à louer, à manger bio (sans obligatoirement porter des sandales ni arborer un vilain catogan mal fourni et grisâtre, ceci concerne les plus de 50 ans qui n’ont pas peur du ridicule en voulant à tout prix paraître cool, jeune, ou bien pire les 2) et bien des choses encore qui ne manqueront pas de vous étonner dans les années qui viennent. Je subodore qu'on va bien se marrer ...

Alors OUI, je le pense véritablement, nous vivons une époque FORMIDABLE !
 

Troc au Costa Rica*** : Personnellement nous avons échangé ce mois-ci :

  • 2 vieux blocs climatiseurs contre un voyage de 300 km en camion pour aller récupérer du bois de teck en planches calibrée et poncées, bois que j’avais lui-même échangé contre du bois sur pied. En gros, je te donne certains arbres de ma propriété que tu coupes et transportes à la scierie et tu m’en rends une partie en planches immédiatement utilisables.
  • Des fenêtres en aluminium contre un stock de bois de menuiserie.
  • Une machine à souder faisant doublon contre une ponceuse à bande et une autre machine à bois poétiquement nommée « défonceuse ».
  • Des fruits contre d’autres fruits.
  • Logement et nourriture contre travail dans le cadre d’un contrat de type wwoofing.

Il y a au Costa Rica des zones où peu d’argent circule. Aussi l’échange est courant et bénéficie à toute la communauté.




Costa Rica Immobilier


Costa Rica Immobilier | Copyright © 2011-2018