N° 9 - A propos des assurances et des garanties.

Les gens me demandent souvent quelles sont les « assurances » au Costa Rica. J’ai souvent coutume de répondre que chercher systématiquement à s’assurer (contre tout et n’importe quoi) c’est s’assurer d’endurer un jour la double peine.
Je m’explique : la 1ère peine ce sont les cotisations que vous acquittez et qui représentent, sur une vie entière, un budget conséquent, énorme même. Lorsqu’un sinistre survient, c’est une perte, plus ou moins importante, soit, tout le monde a connu cela. Et plus vite on « prend sa perte » plus on peut agir en conséquence pour que cela ne se reproduise plus ou du moins limiter les risques. C'est d'ailleurs ce qu'on appelle l'apprentissage, composante de l'intelligence. La prophylaxie, c'est encore la meilleure assurance. Pour le reste remettez-vous en à votre DIEU personnel. Si Dios quiere comme on dit ici.

C’est lorsqu’on est « assuré » contre la dite perte que cela se complique. En effet, en plus de subir la perte ce qui est déjà souvent pénible, il faudra en plus, seconde peine, « faire marcher l’assurance ». Qui parmi vous n'a jamais tenté de « faire marcher l’assurance » ? Parce que les assurances ne marchent pas toutes seules, il faudra consacrer beaucoup de temps et d’énergie pour espérer bénéficier, un jour peut-être de tout (rarement) ou partie (souvent) du remboursement de la chose assuré. Ce qui entraînera à coup sûr de la fatigue, de l’exaspération, de la frustration … bref, double peine !

Dessin de Péhel à propos de garantiePersonnellement je considère que dans la plupart des cas cela n’en vaut pas la peine. Cette opinion n'engage que moi et je ne cherche à convaincre personne.
Au Costa Rica vous pourrez bien sûr assurer votre habitation, votre voiture, votre santé, votre chien et ses puces même si vous le souhaitez. Mais d’une manière générale je conseille à ceux qui ne peuvent pas vivre sans un minimum de prise de risque de ne pas tenter l’aventure de l’expatriation. Mieux vaut dans ce cas rester sous l’aile protectrice de « l’état providence » qui s’occupe de façon obligatoire de votre santé, de votre retraite, de l’éducation de vos enfants, de ce que vous devez faire de votre argent, de ce qui est bien ou pas bien, de ce que vous pouvez dire ou ne pas dire et bientôt de ce que vous pouvez penser ou ne pas penser.
Depuis peu, en parcourant sur Internet depuis le fin fond du Costa Rica les nouvelles d'Europe, je me demande même si en cas de rêves dans lesquels on dit des choses qu’on ne devrait pas dire car punies par la loi, on n'est pas obligé d’aller se dénoncer à la police de la pensée ou à la bien-pensance appointée par l’état. Je me demande …

En quittant certains pays pour d’autres on réapprend à être plus libre. Je conçois que cela soit angoissant pour certains car plus de liberté signifie obligatoirement moins de sécurité. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le philosophe. Pas moyen d’y échapper, c’est un choix de vie, alors autant qu'il se fasse en toute conscience.
Même chose au sujet des « garanties », un mot que j’entends souvent. Si vous souhaitez acheter des garanties, c’est votre droit, direction les assurances ou les marchands de certitudes qui tous seront ravis de prendre illico votre argent. Et beaucoup moins de vous le rendre au moment où vous en aurez vraiment besoin.
Si vous préférez vivre sans béquilles (ce qui permet en outre de courir au lieu de sautiller), alors bienvenue au Costa Rica !

PS : à l'insu de mon plein gré, j’ai quelques assureurs dans ma clientèle. Ne riez pas car ce sont vos cotisations qu’ils investissent au Costa Rica cool




Costa Rica Immobilier


Costa Rica Immobilier | Copyright © 2011-2017