Mon Costa Rica à moi ... Vivre au Costa Rica ... BLOG Costa Rica ...

Grenouille transat BLOGPersonnellement cela ne m’intéresse pas du tout de vous parler du Costa Rica.
Comme s'il n'y avait qu'un seul Costa Rica ...

Surtout, d'autres que moi font cela bien mieux.
Voyez par exemple Wikipedia, le bon vieux Routard, le Petit Futé et autres Lonely Planet.

Ce dont j’ai envie, c'est plutôt de vous parler de MON COSTA RICA à MOI.
Celui que moi-même et ma famille vivons au jour le jour, a lo largo de la manera (chemin faisant), con el tiempo (au fil du temps).
Pays parfois merveilleux, souvent quand on y pense, d'autres fois horripilant, un peu comme la vie en général. En un peu mieux ...
Je vais essayer de vous le présenter, sans prétention, façon BLOG.

Pas de stress, on écrira au fils du temps, quand nous aurons le temps ... Pura Vida ...

@ bientôt,


L'Actualité du jour

Parfois ne pas
obtenir ce qu'on désire
est un merv.
coup de chance

N° 38 - 04/08/2013 - Dentiste version 2.0 ... France 0 - Costa Rica 1

Ma jolie dentiste au Costa Rica

Depuis ma plus tendre enfance brestoise, j’ai d’affreux souvenirs de dentiste.

Bien que quasi privé de toute sucrerie, j’ai très tôt connu les salles d’attente de dentistes. Car sachez-le, en matières de dents, il n’y a pas de justice. Comme dans la vie en somme !
J’ai encore, longtemps après, dans ma mémoire olfactive, l’odeur de la salle d’attente, mélange de formol et de chloroforme qui vous saisissait à peine la porte franchie. Pire, dès le vestibule d’entrée, au bas de l’immeuble, des miasmes vous prévenaient méchamment de ce qui vous attendait dans un avenir très proche. D’autant que vous croisiez souvent le dernier patient, blême, qui s’enfuyait, le diable aux trousses, la main devant la bouche et le regard fou. De quoi tourner les talons, ce que je n’ai jamais fait, mais j’aurais dû.
De plus, mon dentiste était une sorte de géant roux d’environ 2 mètres, avec des doigts énormes. Si j’étais Ministre de la Santé, j’interdirais l’entrée des écoles de dentistes aux apprentis dentistes à gros doigts. Qu'ils aillent plutôt faire CAP boucherie. Mais hélas, à l’époque, je n’étais qu’un tout petit enfant sans défense aux dents injustement gâtées, il fallait donc subir … Je garde en mémoire l’image de l’ENORME seringue métallique avec une aiguille à n’en plus finir qui m'obscurcissait totalement la vue avant de plonger dans ma bouche, HORREUR ! Ne parlons même pas du sinistre bruit de la roulette qui cherchait le chemin du nerf le plus proche et qui, immanquablement, le trouvait. Je levais alors ma petite main tremblante pour arrêter le supplice. Mais le géant roux n’en avait cure, inlassablement il continuait à forer …
J’ai réellement perdu des mois de vie dans ma prime enfance, car si « dentiste le jeudi », dès le lundi la semaine était irrémédiablement gâtée, comme mes dents.

40 ans après, la peur du dentiste est toujours là, fortement ancrée en moi, bien que l’ayant assez peu fréquenté depuis. Mais quoi que vous fassiez, bon an, mal aux dents, vos dents finissent toujours par vous rattraper. Depuis quelques mois, je sentais bien une douleur diffuse qui allait crescendo mais par une sorte de mauvaise foi que je n’explique pas vraiment, j’arrivais à me persuader que non, finalement ce n’était pas grand-chose, que ça allait passer. Car le mal de dents est vicieux, il apparaît soudainement, vous relâche un moment, revient insidieusement, chaque fois un peu plus fort, un peu plus longtemps. La veille du départ pour une virée d’une semaine dans les montagnes du Costa Rica (une recherche spécifique pour un client) j’ai compris que le mal ne me lâcherait plus. Mais trop tard, il fallait partir, ce que j’ai fait. Et ce qui devait arriver arrivât. A la fin de mon périple, une brusque et violente rage de dent me fit comprendre que mon sursis était achevé, j’en avais déjà trop abusé, il fallait absolument que je trouve un dentiste.
Fort heureusement ma femme en avait repéré au moins une dizaine dans la ville de San Ramon, alors que moi, même en cherchant bien, aucun ! Mon humeur étant à l'image de ma dent, exécrable, je fus donc sommé de me faire soigner illico, plus moyen d’y échapper ! En fin de matinée, j’entrais donc dans le cabinet dentaire le plus proche de l’hôtel où, étonnament, sans avoir à grimacer de douleur pour susciter la pitié, j’obtins un rendez-vous pour l’après-midi même.

Et c’est là que mon univers a brutalement basculé dans le monde de la dentisterie 2.0 !!!

Premièrement, le dentiste m’a reçu à l’heure ce qui m’a évite de patienter 2 plombes à lire des magazines féminins en subissant les râles de mes compagnons d’infortune. Je n’ai pas non plus eu à subir les têtes d’enterrement des autres malheureux du jour car il n’y avait aucun retard dans les rendez-vous.
Ensuite, le dentiste, tout bien regardé, était UNE dentiste d’environ 1.65 mètre, 55 kg, 85 B, non, plutôt 85 C, aux doigts longs et fins. Bizarrement, le mal de dents n'affecte pas la vue de la personne souffrante de type mâle uniquement. Mieux, elle était jolie même si je ne m’en suis vraiment rendu compte qu’après.

Me sachant de passage, elle a néanmoins pris tout son temps pour me poser moult questions. J’ai quand même dû avouer, un peu honteusement, que je n’avais pas vu un dentiste de près depuis au moins 8 ans, trop de travail vous comprenez docteur. Et que croyez-vous qu’il advint ? Rien, pas même un reproche, juste un sourire complice.
Après l’examen et la radio d’usage, j’appris que j’avais la dent du fond mangée de l’intérieur par une énorme carie et une grosse-grosse infection à la limite de l’arrêt de jeu, type carton rouge, exclusion du terrain, direction l’hosto sans préavis.

Histoire de dent au Costa Rica

Il fallait donc ARRACHER la dent, là, de suite, afin d'éviter de fâcheuses complications.

Étonnamment, je me sentais déjà en confiance et je n’ai pu qu’acquiescer, sans doute soulagé par avance de la proche délivrance.

Aussitôt dit, aussitôt fait, piqures et repiqures, même pas mal, sauf les 2 dernières, un léger chatouillement quand l’aiguille a pénétré le nerf. Encore j’étais prévenu, Stephanie (c’est son prénom) m’ayant averti que ça n’allait pas être « rico ». Croyez-moi, entre un géant roux qui vous dit « ça va faire mal » et une jolie petite blonde qui vous dit que « ça ne va pas être riche », déjà on divise le mal par 2 ou 3.

J’ai quand même été pris d’une subite inquiétude. Car les images de mon dernier arrachage de dents me sont brutalement remontées dans les gencives. Cela devait dater d’au moins 25 ans. C’était un dentiste vietnamien car c’était à la mode, à l’époque, de fréquenter un dentiste vietnamien. Mais moi je m’en foutais de la mode comme de ma première dent de lait cariée. Car si j’avais volontairement choisi un dentiste vietnamien c’est parce que c’est supposé avoir des doigts plus fins qu’un géant roux ! C’était le cas effectivement mais le mauvais côté de la chose, c’est qu’il ne devait pas peser plus de 50 kilos, mon arracheur de dent. Ainsi, à l’époque, il avait dû peser de tout son maigre poids, arcbouté sur le fauteuil pour réussir à m’extraire la grosse molaire du fond, après plusieurs tentatives infructueuses. Je crois qu’il a eu aussi peur que moi de ne pas y arriver car il transpirait à grosses gouttes et la pince lui glissait des doigts. Souvenirs, souvenirs …
Je me demandais donc comment la frêle Stephanie allait pouvoir procéder mais de toute évidence, calé au fond du fauteuil, quasiment allongé, il était trop tard pour reculer. Alors, résigné, j’ai fermé les yeux, je me suis laisser aller … et le miracle est arrivé.
A part les bruits de la dent qui part en morceaux qui résonnent dans les oreilles, je n’ai quasiment rien senti. En quelques minutes, sans forcer, la dent malade pourtant solidement accrochée, s’est miraculeusement transportée du fin fond de ma bouche au plateau des instruments. J’avais peine à croire que mon calvaire était terminé. Pour un peu, j’en aurais redemandé.
C’est donc dans un état un peu second - limite hébété - que j’ai écouté Stephanie me prodiguer les conseils pour éviter l’infection fatale et la conduite à suivre pour les prochains jours.
Parti de l’hôtel penaud et tremblant, la tête basse et rasant les murs, c’est en grand vainqueur que j’y suis retourné !
Grâce à ma jolie dentiste costaricienne, j’avais définitivement perdu ma peur du dentiste !!

Mieux, vous ne me croirez pas, elle m’a fait la bise en partant !

Le soir au restaurant - car dans le monde de la dentisterie 2.0 au Costa Rica, Ô miracle, on peut manger à peine 2 heures après un arrachage de molaire - bien aise, j’en ai profité pour faire la morale à ma fille en lui narrant les bienfaits du brossage de dent et de la visite annuelle chez le dentiste. Il faut dire qu’elle est devenue blanche, ma fille, quand j’ai dû, pour pouvoir manger, ôter le gros pansement du fond de ma bouche. Faute d’attention de ma part, le pansement gorgé de sang est brutalement tombé sur la nappe avec un bruit sourd. Ma fille a manifestement cru que cette énorme chose ensanglantée était ma dent ! A son regard affolé, j’ai compris que la pédagogie chez les enfants, ça rentre nettement mieux avec des images en 3D !

Le lendemain, le cœur léger, je suis retourné voir Stephanie qui m’a soigné 3 caries sans même la plus petite anesthésie. J’y retourne la semaine prochaine, reste 6 caries à soigner, rien que ça, on va tout faire d’un coup. J’ai presque hâte !!!

Le prix ? Quand on aime on ne compte pas !



Costa Rica Immobilier


Costa Rica Immobilier | Copyright © 2011-2018